Que sont les plastiques et d'oĂą viennent-ils ?

Le plastique est un mot qui, Ă  l’origine, signifiait “souple et facilement façonnable”. Ce n’est que rĂ©cemment qu’elle a donnĂ© un nom Ă  une catĂ©gorie de matĂ©riaux appelĂ©e polymères. Le mot polymère signifie “Ă  plusieurs parties” et les polymères sont constituĂ©s de longues chaĂ®nes de molĂ©cules. Les polymères abondent dans la nature. La cellulose, le matĂ©riau qui compose les parois cellulaires des plantes, est un polymère naturel très courant.

 

Au cours du siècle et demi dernier, les humains ont appris Ă  fabriquer des polymères synthĂ©tiques, parfois Ă  l’aide de substances naturelles comme la cellulose, mais plus souvent en utilisant les nombreux atomes de carbone fournis par le pĂ©trole et d’autres combustibles fossiles. Les polymères synthĂ©tiques sont constituĂ©s de longues chaĂ®nes d’atomes, disposĂ©es en unitĂ©s rĂ©pĂ©titives, souvent beaucoup plus longues que celles que l’on trouve dans la nature. C’est la longueur de ces chaĂ®nes, et les motifs dans lesquels elles sont disposĂ©es, qui rendent les polymères solides, lĂ©gers et flexibles. En d’autres termes, c’est ce qui les rend si plastiques.

 

Ces propriétés rendent les polymères synthétiques exceptionnellement utiles, et depuis que nous avons appris à les créer et à les manipuler, les polymères sont devenus une partie essentielle de notre vie. Au cours des 50 dernières années en particulier, les plastiques ont saturé notre monde et changé notre façon de vivre.

Le premier plastique synthétique

Le premier polymère synthĂ©tique a Ă©tĂ© inventĂ© en 1869 par John Wesley Hyatt, qui s’est inspirĂ© de l’offre de 10 000 dollars faite par une firme new-yorkaise Ă  toute personne pouvant fournir un substitut Ă  l’ivoire. La popularitĂ© croissante du billard avait mis Ă  rude Ă©preuve l’approvisionnement en ivoire naturel, obtenu par l’abattage d’Ă©lĂ©phants sauvages. En traitant la cellulose, dĂ©rivĂ©e de la fibre de coton, avec du camphre, Hyatt a dĂ©couvert un plastique qui pouvait ĂŞtre façonnĂ© en une variĂ©tĂ© de formes et fabriquĂ© pour imiter des substances naturelles comme l’Ă©caille de tortue, la corne, le lin et l’ivoire.

 

Cette dĂ©couverte a Ă©tĂ© rĂ©volutionnaire. Pour la première fois, la fabrication humaine n’Ă©tait pas limitĂ©e par les limites de la nature. La nature ne fournissait que des quantitĂ©s limitĂ©es de bois, de mĂ©tal, de pierre, d’os, de dĂ©fenses et de corne. Mais l’homme pouvait dĂ©sormais crĂ©er de nouveaux matĂ©riaux. Ce dĂ©veloppement a aidĂ© non seulement les gens mais aussi l’environnement. Les publicitĂ©s ont fait l’Ă©loge de la celluloĂŻd comme Ă©tant le sauveur de l’Ă©lĂ©phant et de la tortue. Les plastiques pouvaient protĂ©ger le monde naturel des forces destructrices du besoin humain.

 

La crĂ©ation de nouveaux matĂ©riaux a Ă©galement aidĂ© Ă  libĂ©rer les gens des contraintes sociales et Ă©conomiques imposĂ©es par la raretĂ© des ressources naturelles. Le celluloĂŻd, peu coĂ»teux, a permis de gĂ©nĂ©raliser et d’obtenir des richesses matĂ©rielles. Et la rĂ©volution du plastique ne faisait que commencer.

Le plastiques arrivent à maturité

La Seconde Guerre mondiale a nĂ©cessitĂ© une grande expansion de l’industrie du plastique aux États-Unis, car la puissance industrielle s’est avĂ©rĂ©e aussi importante pour la victoire que le succès militaire. La nĂ©cessitĂ© de prĂ©server des ressources naturelles rares a fait de la production d’alternatives synthĂ©tiques une prioritĂ©. Les plastiques ont fourni ces substituts. Le nylon, inventĂ© par Wallace Carothers en 1935 sous forme de soie synthĂ©tique, a Ă©tĂ© utilisĂ© pendant la guerre pour les parachutes, les cordes, les gilets pare-balles, les doublures de casque, etc. Le plexiglas offrait une alternative au verre pour les vitres des avions. Un article du magazine Time a notĂ© qu’Ă  cause de la guerre, “les plastiques ont Ă©tĂ© tournĂ©s vers de nouveaux usages et l’adaptabilitĂ© des plastiques a Ă©tĂ© dĂ©montrĂ©e une fois de plus”. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la production de plastique aux États-Unis a augmentĂ© de 300%.

 

L’augmentation de la production de plastique s’est poursuivie après la fin de la guerre. Après avoir connu la Grande DĂ©pression puis la Seconde Guerre mondiale, les AmĂ©ricains Ă©taient prĂŞts Ă  dĂ©penser Ă  nouveau, et une grande partie de ce qu’ils achetaient Ă©tait en plastique. Selon l’auteur Susan Freinkel, “produit après produit, marchĂ© après marchĂ©, le plastique a dĂ©fiĂ© les matĂ©riaux traditionnels et a gagnĂ©, prenant la place de l’acier dans les voitures, du papier et du verre dans les emballages, et du bois dans les meubles”. Les possibilitĂ©s du plastique ont donnĂ© Ă  certains observateurs une vision presque utopique d’un avenir oĂą les richesses matĂ©rielles seraient abondantes grâce Ă  une substance peu coĂ»teuse, sĂ»re et hygiĂ©nique que les humains pourraient modeler Ă  leur guise.

D'autres domaines de l'Ecologie

Etre Ecologique

Ecologie Humaine

Ecologie Végétale

Ecologie Animale

Ecologie Politique

Ecologie Industrielle​

Cultiver ses propres fruits et légumes​

Les Produits de Beauté Bio​

Construire une maison Ă©cologique

DĂ©veloppement Durable

Les Boutiques ZĂ©ro DĂ©chet

Le Sport et l'Ecologie​

Les Changements climatiques​

Les Transitions écologiques​

Les Transitions énergétiques​

Le Problème du Plastique : Déchets et santé

La rĂ©putation du plastique en Ecologie s’est encore effritĂ©e dans les annĂ©es 1970 et 1980, alors que l’inquiĂ©tude au sujet des dĂ©chets augmentait. Le plastique est devenu une cible particulière car, alors que de nombreux produits en plastique sont jetables, le plastique est Ă©ternellement prĂ©sent dans l’environnement. C’est l’industrie du plastique qui a proposĂ© le recyclage comme solution. Dans les annĂ©es 1980, l’industrie du plastique a menĂ© une campagne influente encourageant les municipalitĂ©s Ă  collecter et Ă  traiter les matĂ©riaux recyclables dans le cadre de leurs systèmes de gestion des dĂ©chets. Cependant, le recyclage est loin d’ĂŞtre parfait, et la plupart des plastiques finissent encore dans les dĂ©charges ou dans l’environnement. Les sacs en plastique des Ă©piceries sont devenus la cible des militants qui cherchent Ă  interdire les plastiques Ă  usage unique et jetables, et plusieurs villes amĂ©ricaines ont dĂ©jĂ  adoptĂ© des interdictions de sacs.

 

Selon l’association professionnelle PlasticsEurope, la production mondiale de plastique est passĂ©e de quelque 1,5 million de tonnes (environ 1,7 million de tonnes) par an en 1950 Ă  environ 275 millions de tonnes (303,1 millions de tonnes) en 2010 et 359 millions de tonnes (près de 396 millions de tonnes) en 2018 ; entre 4,8 et 12,7 millions de tonnes (5,3 et 14 millions de tonnes) sont rejetĂ©es dans les ocĂ©ans chaque annĂ©e par les pays ayant un littoral ocĂ©anique. Le symbole ultime du problème des dĂ©chets plastiques est le “Great Pacific Garbage Patch”, qui a souvent Ă©tĂ© dĂ©crit comme un tourbillon de dĂ©chets plastiques de la taille du Texas flottant dans l’ocĂ©an Pacifique.

La rĂ©putation des plastiques a encore souffert en raison d’une inquiĂ©tude croissante quant Ă  la menace potentielle qu’ils reprĂ©sentent pour la santĂ© humaine. Ces inquiĂ©tudes se concentrent sur les additifs (tels que le très controversĂ© bisphĂ©nol A [BPA] et une catĂ©gorie de produits chimiques appelĂ©s phtalates) qui entrent dans la composition des plastiques au cours du processus de fabrication, les rendant plus flexibles, durables et transparents. Certains scientifiques et membres du public sont prĂ©occupĂ©s par les preuves que ces produits chimiques s’Ă©chappent des plastiques et se retrouvent dans notre alimentation, notre eau et notre corps. Ă€ très fortes doses, ces produits chimiques peuvent perturber le système endocrinien (ou hormonal). Les chercheurs s’inquiètent particulièrement des effets de ces produits chimiques sur les enfants et de ce que l’accumulation continue signifie pour les gĂ©nĂ©rations futures.

 

L’accumulation dans l’environnement de produits en plastique synthĂ©tique  crĂ©ent des problèmes pour la faune et ses habitats ainsi que pour les populations humaines. En 1907, l’invention de la bakĂ©lite a provoquĂ© une rĂ©volution des matĂ©riaux en introduisant dans le commerce mondial des rĂ©sines plastiques vĂ©ritablement synthĂ©tiques. Ă€ la fin du XXe siècle, cependant, on a constatĂ© que les plastiques Ă©taient des pollueurs persistants dans de nombreuses niches environnementales, du mont Everest au fond de la mer. Qu’ils soient pris pour de la nourriture par les animaux, qu’ils inondent les zones de basse altitude en bouchant les systèmes de drainage ou qu’ils causent simplement un important flĂ©au esthĂ©tique, les plastiques ont attirĂ© de plus en plus l’attention en tant que polluant Ă  grande Ă©chelle.

 

Le plastique est un matĂ©riau polymère, c’est-Ă -dire un matĂ©riau dont les molĂ©cules sont très grandes, ressemblant souvent Ă  de longues chaĂ®nes composĂ©es d’une sĂ©rie apparemment infinie de liens interconnectĂ©s. Les polymères naturels tels que le caoutchouc et la soie existent en abondance, mais les “plastiques” de la nature n’ont pas Ă©tĂ© impliquĂ©s dans la pollution de l’environnement, car ils ne persistent pas dans l’environnement.

 

Aujourd’hui cependant, le consommateur moyen est en contact quotidien avec toutes sortes de matières plastiques qui ont Ă©tĂ© dĂ©veloppĂ©es spĂ©cifiquement pour vaincre les processus de dĂ©composition naturels des matĂ©riaux dĂ©rivĂ©s principalement du pĂ©trole qui peuvent ĂŞtre moulĂ©s, coulĂ©s, filĂ©s ou appliquĂ©s comme revĂŞtement.

 

Comme les plastiques synthĂ©tiques sont en grande partie non biodĂ©gradables, ils ont tendance Ă  persister dans les environnements naturels. En outre, de nombreux produits et matĂ©riaux d’emballage lĂ©gers Ă  usage unique, qui reprĂ©sentent environ 50 % de tous les plastiques produits, ne sont pas dĂ©posĂ©s dans des conteneurs pour ĂŞtre ensuite acheminĂ©s vers des dĂ©charges, des centres de recyclage ou des incinĂ©rateurs. Au lieu de cela, ils sont Ă©liminĂ©s de manière inappropriĂ©e Ă  l’endroit oĂą ils cessent d’ĂŞtre utiles pour le consommateur ou Ă  proximitĂ©.

 

JettĂ©s par terre, jetĂ©s par une fenĂŞtre de voiture, entassĂ©s sur une poubelle dĂ©jĂ  pleine, ou emportĂ©s par inadvertance par un coup de vent, ils commencent immĂ©diatement Ă  polluer l’environnement. En effet, les paysages jonchĂ©s d’emballages en plastique sont devenus courants dans de nombreuses rĂ©gions du monde. (Le dĂ©versement illĂ©gal de plastique et le dĂ©bordement des structures de confinement jouent Ă©galement un rĂ´le). Des Ă©tudes menĂ©es dans le monde entier n’ont pas montrĂ© qu’un pays ou un groupe dĂ©mographique particulier Ă©tait le plus responsable, bien que les centres de population produisent le plus de dĂ©chets. Les causes et les effets de la pollution par le plastique sont vĂ©ritablement mondiaux.

Des flux de déchets inégaux

La plupart des plastiques recyclĂ©s sont subventionnĂ©s en dessous du coĂ»t des matières premières par divers systèmes de dĂ©pĂ´t, ou leur recyclage est simplement imposĂ© par des rĂ©glementations gouvernementales. Les taux de recyclage varient considĂ©rablement d’un pays Ă  l’autre, seuls les pays d’Europe du Nord obtenant des taux supĂ©rieurs Ă  50 %. De toute façon, le recyclage ne rĂ©sout pas vraiment le problème de la pollution du plastique, puisque le plastique recyclĂ© est “correctement” Ă©liminĂ©, alors que la pollution du plastique provient d’une mauvaise Ă©limination.

 

Les pays asiatiques ont longtemps traitĂ© les dĂ©chets plastiques provenant du Nord et des pays EuropĂ©ens. Mais l’interdiction d’importer des dĂ©chets en Chine depuis Janvier 2018 (dont une grande partie provient du Nord) a complètement perturbĂ© le commerce des dĂ©chets plastiques.

 

Selon les mĂ©dias, le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie ont passĂ© une grande partie de l’annĂ©e 2018 Ă  trouver une solution Ă  ce problème. Une grande partie des dĂ©chets a Ă©tĂ© dĂ©tournĂ©e vers les pays voisins, notamment l’IndonĂ©sie, les Philippines, la ThaĂŻlande, la Malaisie et le Vietnam – quatre d’entre eux faisant partie des pays dits les plus polluants.

 

Ces pays sont aujourd’hui submergĂ©s par le volume mĂŞme des plastiques. Le Vietnam, par exemple, a annoncĂ© qu’il interdirait l’importation de dĂ©chets au dĂ©but de 2019, en rĂ©ponse aux prĂ©occupations des habitants concernant la dĂ©tĂ©rioration des conditions environnementales et de la santĂ© des habitants.

pollution plastique

Problèmes d'exportations et d'inégalités dans les traitements des déchets

Certains individus, principalement dans le Nord, tentent de rĂ©duire leur consommation de plastique en Ă©vitant les pailles en plastique bon marchĂ© et les sacs Ă  usage unique ou en n’utilisant que des articles durables et produits de façon durable.

 

Malheureusement, ces “solutions” perpĂ©tuent l’inĂ©galitĂ©, tant au niveau national qu’international. Tout le monde ne peut pas s’offrir une brosse Ă  dents en bambou. En outre, les options durables sont souvent constituĂ©es de plusieurs composants qui sont plus difficiles Ă  sĂ©parer pour le recyclage une fois qu’ils entrent dans le flux de dĂ©chets et une fois qu’ils y entrent, ils sont plus lents Ă  se dĂ©composer.

 

Cet accent mis sur l’action individuelle nĂ©glige Ă©galement le fait que les entreprises qui utilisent des emballages en plastique sont subventionnĂ©es par des programmes de gestion des dĂ©chets municipaux financĂ©s par les pouvoirs publics. En outre, des emballages en plastique plus lĂ©gers sont synonymes de transport maritime moins coĂ»teux, ce qui encourage la production et la consommation de plastique bon marchĂ©.

 

Mais la consĂ©quence de loin la plus importante de notre mode de vie de consommateur est la crĂ©ation d’espaces de gaspillage. Alors que les ocĂ©ans contaminĂ©s et les paysages dĂ©goĂ»tants deviennent de plus en plus courants, l’attention accrue portĂ©e aux mauvaises pratiques de gestion des dĂ©chets dans les “pays polluants” a crĂ©Ă© le sentiment qu’ils gèrent mal et utilisent mal les plastiques. Ceux qui reçoivent les dĂ©chets des pays du Nord en paient le prix fort.

 

L’exportation de dĂ©chets du Nord vers le Sud est controversĂ©e depuis plus de 30 ans. Le Programme des Nations unies pour le dĂ©veloppement (PNUD) a fait valoir en 1989 que cela perpĂ©tue l’inĂ©galitĂ© et favorise le mouvement des dĂ©chets Ă  travers les frontières. RĂ©cemment, le PNUD a proposĂ© de rĂ©viser la formulation de la Convention de Bâle, de sorte que les dĂ©chets plastiques importĂ©s ne soient plus appelĂ©s “dĂ©chets verts”, donnant au pays rĂ©cepteur le droit de refuser les dĂ©chets plastiques polluĂ©s ou mĂ©langĂ©s qu’il ne pourrait pas gĂ©rer en toute sĂ©curitĂ©. Bien que cet amendement n’ait pas Ă©tĂ© approuvĂ©, cela permettrait de mieux comprendre la provenance des plastiques dans nos ocĂ©ans au lieu de blâmer le monde en dĂ©veloppement pour leur mauvaise gestion.

 

Ne vous y trompez pas, lorsque nous jetons un verre en plastique Ă  usage unique, il n’est pas toujours recyclĂ©. Nous sommes soutenus par des structures d’inĂ©galitĂ© mondiale. La consommation Ă©thique reste toujours de la consommation et il y a toujours un autre pays oĂą le traitement des dĂ©chets est bien pire.

 

La plupart des plastiques recyclĂ©s sont subventionnĂ©s en dessous du coĂ»t des matières premières par divers systèmes de dĂ©pĂ´t, ou leur recyclage est simplement imposĂ© par des rĂ©glementations gouvernementales. Les taux de recyclage varient considĂ©rablement d’un pays Ă  l’autre, seuls les pays d’Europe du Nord obtenant des taux supĂ©rieurs Ă  50 %. De toute façon, le recyclage ne rĂ©sout pas vraiment le problème de la pollution du plastique, puisque le plastique recyclĂ© est “correctement” Ă©liminĂ©, alors que la pollution du plastique provient d’une mauvaise Ă©limination.

 

Il peut sembler juste d’encourager le recyclage, mais il y a des implications plus larges. Le recyclage ne rĂ©soudra pas le problème des plastiques des ocĂ©ans, et pointer du doigt le Sud pour ses mauvaises pratiques de gestion des dĂ©chets ne fait que reproduire les habitudes coloniales d’exportation des problèmes et de blâme des victimes. Les vraies solutions rĂ©sident dans une consommation rĂ©duite et des pratiques de gestion des dĂ©chets plus Ă©quitables, notamment en rĂ©compensant les idĂ©es durables et en obligeant les entreprises Ă  payer pour nettoyer leur gâchis.

L'avenir du plastique ?

Les plastiques sont essentiels Ă  la vie moderne. Les plastiques ont rendu possible le dĂ©veloppement des ordinateurs, des tĂ©lĂ©phones portables et la plupart des avancĂ©es de la mĂ©decine moderne qui sauvent des vies. LĂ©gers et isolants, les plastiques permettent d’Ă©conomiser les combustibles fossiles utilisĂ©s pour le chauffage et le transport. Plus important encore, les plastiques bon marchĂ© ont amĂ©liorĂ© le niveau de vie et rendu l’abondance des matĂ©riaux plus facilement accessible.

 

Sans le plastique, de nombreux biens que nous considérons comme acquis seraient peut-être hors de portée de tous, sauf des Américains les plus riches. Le remplacement des matériaux naturels par le plastique a rendu beaucoup de nos biens moins chers, plus légers, plus sûrs et plus résistants.

 

Comme il est clair que le plastique a une place importante dans nos vies, certains scientifiques tentent de le rendre plus sĂ»r et plus durable. Certains innovateurs dĂ©veloppent des bioplastiques, qui sont fabriquĂ©s Ă  partir de plantes cultivĂ©es plutĂ´t que de combustibles fossiles, pour crĂ©er des substances plus Ă©cologiques que les plastiques conventionnels. D’autres s’efforcent de fabriquer des plastiques qui sont rĂ©ellement biodĂ©gradables. Certains innovateurs cherchent des moyens de rendre le recyclage plus efficace, et ils espèrent mĂŞme mettre au point un processus qui reconvertit les plastiques en combustibles fossiles dont ils sont issus. Tous ces innovateurs reconnaissent que les plastiques ne sont pas parfaits mais qu’ils sont une partie importante et nĂ©cessaire de notre avenir.

D'autres sujets liés à la Pollution plastique

Pollution plastique : A qui la faute ?

La pollution plastique océanique

La pollution plastique terrestre

Les nanoplastiques : la face cachée d'une pollution mondiale

Santé Globale

Qui sommes-nous ?
Nous contacter
Politique de confidentialité