Qu'est-ce que la Médecine chinoise ?

En Occident, la maladie est souvent vécue comme une agression extérieure qu’il faut combattre… Pour la médecine chinoise, elle provient d’une rupture d’équilibre entre tous les composants de notre corps : c’est ce qu’on appelle l’équilibre Ying-Yang. Plutôt que de lutter contre la maladie, on préconise plutôt de renforcer le corps en favorisant un meilleur équilibre, pour qu’il soit en capacité de se défendre seul.

 

Cependant, la médecine chinoise possède également, comme toute médecine, des moyens thérapeutiques pour traiter une maladie déjà installée. Le principe est d’utiliser les forces et les ressources du corps humain (dans sa globalité corps-esprit) pour favoriser la guérison. Pour cela, on a recours au système des méridiens, qui est comme un maillage, un réseau de circulation énergétique permettant de traiter n’importe quel endroit du corps.

 

Lorsqu’on parle d’énergie vitale en médecine chinoise, cela signifie que la personne est en bonne santé, tant au niveau physique que psychique. En médecine douce, une bonne vitalité (une bonne santé) correspond à un bon équilibre entre tous les constituants de l’organisme : des organes entre eux, mais aussi du sang (pour l’aspect yin), de l’énergie (pour l’aspect yang) avec une circulation fluide de ces 2 substances, l’une matérielle et l’autre immatérielle, dans les méridiens.

 

La médecine chinoise comprend 5 spécialités qui lui sont propres :

 

  • L’acupuncture
  • La pharmacopée (phytothérapie chinoise)
  • La diéthétique
  • Le tui na (massage chinois)
  • Le qi gong

La médecine chinoise est une médecine généraliste, au sens où elle peut traiter de nombreuses pathologies différentes. Dans son aspect préventif, elle permet d'améliorer votre terrain et de retarder l'évolution d'une maladie.

D'autres secteurs dans la Médecine douce

La Médecine Indienne

L'Acupuncture

La Naturopathie

L'Homéopathie

L'Hypnothérapie

La Sophrologie

La Luminothérapie

L'Aromachologie

Un peu d'histoire sur la médecine chinoise

La médecine chinoise est un système médical riche qui existe sous divers formes depuis plus de 3 000 ans. Les premiers écrits ont été trouvés sur des morceaux de carapace et d’os de tortue remontant à la dynastie Shang (du XVe au XIe siècle avant J.-C.). Les textes fondamentaux de la médecine chinoise remontent à la dynastie Han (206 avant J.-C. à 220 après J.-C.). Ces anciens écrits décrivent une médecine qui se concentrait sur le mouvement circulaire du qi (æ°£, qì, prononcé « chee », air ou vapeur) et du xuè (血, « shui », sang). Par mauvaise santé, on entend par là la stagnation, la carence ou le mouvement incorrect du qì ou du xuè, et peut entraîner un déséquilibre du yÄ«n(陰)et du yáng (陽).

 

Il existe une certaine différence avec la médecine occidentale au niveau de la base conceptuelle. En effet, depuis plusieurs millénaires, la médecine chinoise a évolué pour devenir un système médical sophistiqué avec sa propre compréhension de l’anatomie, de la physiologie, de la pathologie et de la thérapeutique. 

 

Au XIXe siècle, les Chinois ont émigré aux États-Unis pour travailler sur le chemin de fer transcontinental et la ruée vers l’or en Californie. Avec eux est venue la médecine chinoise, qui était alors pratiquée exclusivement dans les communautés chinoises. En Chine, dans les années 50 et 60, le gouvernement chinois a codifié la médecine traditionnelle chinoise, qui était autrefois pratiquée par des guérisseurs locaux et qui avaient transmis verbalement leurs connaissances à travers les générations. La médecine chinoise est restée relativement méconnue du public américain jusqu’au début des années 1970.

 

En 1971, alors qu’il se trouvait en Chine avec Henry Kissinger, le reporter du New York Times James Reston a été soigné pour une appendicite aiguë. Après une opération chirurgicale d’urgence, Reston a reçu des traitements d’acupuncture et a été étonné de ses bienfaits. À son retour aux États-Unis, il a écrit un article sur son expérience (Now About My Operation in Peking, New York Times, 26 juillet 1971). Cet article est largement considéré comme la première introduction de la médecine chinoise au grand public américain.

acupuncture reston

La thérapie médicale chinoise, qui est probablement la mieux comprise en Occident, est l’acupuncture. C’est à dire l’insertion de très fines aiguilles dans des endroits superficiels spécifiques à la surface du corps. Décrite dans la littérature médicale chinoise comme harmonisant le qì et le xuè, l’acupuncture est utilisée depuis des siècles pour traiter divers troubles en rétablissant l’harmonie du yÄ«n et du yang, du qì et du xuè. Bien que l’acupuncture soit bien connue, elle n’est qu’un des nombreux outils que le médecin chinois utilise pour rétablir la santé. L’utilisation d’herbes chinoises, les ventouses, le massage thérapeutique chinois (tuina), les pratiques basées sur le qì telles que le qigong et le taichi, et les recommandations diététiques ne sont que quelques-unes des autres modalités utilisées par la médecine chinoise pour restaurer et maintenir la santé, et pour traiter les patients souffrant de troubles spécifiques.

 

En fin de compte, le concept de restauration holistique de la santé est compris dans la médecine chinoise comme étant plus que la simple absence de maladie. En rétablissant et en maintenant l’harmonie dans tout le corps, et en comprenant le corps comme un tout intégré, le prestataire médical chinois est en mesure d’aider le corps à être aussi sain que possible, même en présence d’une maladie. Cela lui permet de fournir des soins de soutien aux patients atteints de maladies graves telles que le cancer, l’hépatite et le sida. L’acupuncture et certaines herbes chinoises ont un effet spécifique de réduction de la douleur, ce qui les rend idéales pour le traitement des douleurs chroniques. En Chine, l’acupuncture est pratiquée parallèlement à la médecine occidentale dans les hôpitaux et les cliniques. Aux États-Unis, la médecine chinoise est également de plus en plus intégrée aux pratiques biomédicales et est souvent utilisée en conjonction avec des traitements médicaux et des soins psychologiques.

 

Les prestataires médicaux chinois, le plus souvent appelés acupuncteurs, sont autorisés à exercer une profession distincte dans quarante-quatre États et le district de Columbia. Environ 27 000 d’entre eux travaillent en tant que prestataires indépendants dans la communauté des soins de santé pour traiter diverses affections médicales, ainsi que pour contribuer au maintien de la santé et à la réduction du stress. Les acupuncteurs formés aux États-Unis ont apporté une aide d’urgence dans des régions aussi diverses que Haïti, la côte du golfe du Mexique et le Népal.

La médecine chinoise une tradition d'avenir - Qi Gong Saint-Malo et Dinard

D'autres secteurs dans la Médecine chinoise

Les cinq mouvements du Wu Xing

La théorie du Yin et du Yang

Les trois tréros de la médecine chinoise

Natures et saveurs des aliments en diéthétique chinoise

Santé Globale

Qui sommes-nous ?
Nous contacter
Politique de confidentialité